08/04/2007

Réponse à Le Furtif sur "Pour une "campagne" sur Internet... l'autre, pas la même !"

medium_IMG_1840.2.jpgCe billet est une réponse @Le Furtif, l'un des lecteurs et commentateurs régulier et assidu de ce blog, qui a fourni son point de vue franc et sincère sur la précédente note "Pour une "campagne" sur Internet... l'autre, pas la même !". Ce billet est donc une réponse à son commentaire. Ma réponse se veut être un miroir d'un point de vue que je ne partage pas mais que je respecte.

Cher Furtif,

Merci pour cet intéressant commentaire qui exprime un point de vue qui mérite respect mais invite aussi à débattre. Mon but n'est pas ici sur cet espace d'être en désaccord ou en accord avec qui que ce soit. Ici on peut parler librement entre personnes éclairées car il n'y a pas d'enjeux majeurs, ni stratégiques ! En somme rien ne se décide au nom de la collectivité ici sur ce petit blog. Ici nous sommes dans un espace d'échange et de partage d'expériences sur le vécu, en particulier par rapport aux modes de vie urbain et rural. Toutes les opinions, même différentes des miennes sont appréciées.

Agoravox aurait pu être créé par quelqu'un d'autre, j'aurai tout autant soutenu le principe d'un média "citoyen". Il y aurait eu dix initiatives de médias dits "citoyens" en France que je les aurais toutes soutenues. Je n'en aurais utilisé probablement qu'un seul car une journée de vie ne m'offre que 24 heures pour lire, modérer et rédiger. Aujourd'hui, je me reconnais dans l'esprit Agoravox, non parce que ce sont Carlo Revelli ou Joël de Rosnay qui en sont les fondateurs. Je me reconnais dans le sens où un canal existe qui puisse se faire converger des avis divers, mais aussi des attentes et besoins de citoyens. Le fait qu'Agoravox commence à être pris en compte et peut-être écouté d'un peu plus haut, de ceux qui décident  à notre place, ne peut être que bienheureux. Sur Agoravox, les 11 000 rédacteurs sont d'origines très diverses. Le système ne peut pas être véritablement noyauté. Les sujets qu'il porte collectivement sont : l'écologie, la citoyenneté, le développement, l'économie, la justice, le travail et le chômage, le social, la vie locale... bref tous les sujets qui nous concernent dans la vie de tous les jours y sont peu ou prou représentés.

Imagines-tu un TF1 (intérêts privés), un Canal+ (intérêts privés) ou un RTL (intérêts privés) organiser un "grand débat politique" ou un "Grand Jury" ?  Imagines-tu le 14 juillet le Président de la République s'exprimer aux Français sur TF1 ? Oui ? Et bien pourquoi Agoravox serait-il plus illégitime pour organiser un débat politique sur Internet en France qu'un autre média "privé" de la TV ou la radio ?

J'admets volontiers qu'Agoravox souffre de quelques imperfections. Pas dans la volonté de ses fondateurs qui en sont profondément conscients et qui se cassent la tête chaque jour pour trouver un fonctionnement optimal. Mais plus dans le fait qu'il est très difficile de modérer des centaines d'articles par jour. Des articles pertinents soumis par des auteurs qui ont consacré souvent plusieurs heures à les rédiger, avec le coeur. Quand un article est refusé, l'auteur peut se sentir frustré. C'est une réaction humaine, naturelle. Une édition quelle qu'elle soit c'est de l'espace et du temps. Sur un espace réduit il faut faire tenir X articles traitant de divers sujets sur une période de 24 heures en général. Nécessairement, cela mène à des choix : refuser certains articles. C'est le principe d'un média. Il est basé sur la rareté de l'espace et du temps et la sélection (grand moment de déchirements au sein d'une rédaction).

Agoravox est l'un des premiers médias Internet potentiel d'ampleur en France et en Europe. Mais je sais par ailleurs que d'autres médias comparables apparaissent de-ci et de-là... Bientôt différents médias de ce type coéxisteront et se feront concurrence au même titre que coexistent des chaînes de télé et radio dans un écosystème qui peut être remis en cause à tout moment par de nouveaux entrants ou sortants !

Qui sait si dans un avenir proche, le téléphone mobile ne sera pas non plus en média en puissance ?

Je persiste à dire qu'Agoravox est une démarche avec une volonté citoyenne. Certes imparfaite mais qui aspire dans sa volonté à un mode de fonctionnement citoyen. Toutes les prémisses de la démocratie y sont présentes. La représentation (par un collège de rédacteurs qui n'est pas limité en soi, certains y entrent, d'autres en sortent), le vote pour choisir et décider (modérateurs + employés) et finalement une instance (souvent collégiale) qui tranche en cas d'évènement important. En quoi est-ce bien différent d'une démocratie, d'un parlement, de députés, de ministres et d'un Président à qui l'on confie nos destins ?

Je ne sais pas ce que sera l'avenir d'Agoravox. Je trouve l'idée belle et défendable. C'est sûr, certains auraient préféré que cette idée jaillisse spontanément du peuple. Que le peuple s'auto-organise pour faire vivre une telle initiative. C'est déjà arrivé par le passé au début du 20e siècle en Russie, en Chine, et aussi avant en 1789, etc. Dans tous les cas, des leaders apparaissent qui sont alors des porte-voix pour ceux qui en sont démunis. Alors, laissons la chance à Agoravox et à d'autres projets similaires d'émerger et de se hisser dans un écosystème médiatique féroce, et si possible soutenons les. Autrement, la seule alternative qu'il nous restera c'est de continuer à nous laisser bercer par le ronron de la vingtaine de médias majeurs en France détenus par des groupes affiliés au monde industrialo-militaire et souvent de connivence avec certaines ailes du pouvoir politique.

Au final, cher Furtif, je ne crois pas que nous soyons en total désaccord. Je pense juste que nous ne devons pas accorder autant d'importance aux "mots" (citoyen, démocratique, etc.) mais plus aux intentions. Je crois sincèrement que durant les années qui vont suivre nous vivrons de grands bouleversements (modes de vie, marche du monde, environnement, progrès technologiques...) et de ce fait de nouvelles manières de communiquer et s'informer vont apparaitre qui changeront radicalement notre façon de vivre la citoyenneté. Je parle notamment d'une démocratie beaucoup plus participative et aussi plus locale. Mais ça, je ne suis pas un gourou. Ce sont juste des choses que je ressens.

Bien à toi.

06/04/2007

Pour une "campagne" sur Internet... l'autre, pas la même !

medium_debat-presidentiel326.jpg L'idée a été lancée presqu'en même temps par certains candidats à la Présidentielle 2007 et les internautes eux-mêmes : organiser des débats AUSSI sur Internet.

L'idée de départ est de dire que les médias télé et radio, puisqu'ils sont soumis aux règles d'équité et d'égalité des temps de paroles et d'antenne imposées par le CSA, doivent donner un temps d'accès juste à chacun des candidats. Il convient d'éclaircir ce que sont vraiment les notions suivantes "équité" "égalité", "temps de parole", "temps d'antenne". C'est pas franchement très clair pour la plupart d'entre nous.

Je vous invite donc à consulter la recommandation du CSA intitulée "Annexe - Guide d'application de la recommandation (165 Ko)".

Je crois comprendre que l'"équité" correspond à la représentativité de chaque candidat(e)  relevée dans les sondages et les résultats obtenus par le parti représenté lors des précédentes élections ainsi que par rapport à la consistance du programme de chacun. L"égalité" implique, si j'ai bien compris, que les temps d'exposition médiatique sont égaux entre les candidats (un gâteau partagé équitablement entre les douze candidats donc) ! A partir du 9 avril, nous serons en période dite de campagne. C'est donc l'égalité qui doit s'appliquer si on se réfère au document du CSA ci-dessus.

Voici le dernier "relevé des temps de parole pour la période du 1er décembre 2006 au 19 mars 2007".

Or, plusieurs candidats craignent que ces règles d'égalité ne soient pas vraiment appliquées. En même temps, ces médias ne leur donnent pas suffisament de temps pour exposer leurs idées complètement d'où le souhait de certains de pouvoir s'exprimer et prolonger le débat dans d'autres supports comme Internet. C'est François Bayrou qui a jeté le pavé dans la mare le premier. Ségolène Royal et Jean-Marie Le Pen ont accepté, tandis que Nicolas Sarkozy est resté sur sa réserve, pour le moment. Il est probable que d'autres candidats s'exprimeront sur ce sujet très rapidement.

A cela, il faut ajouter que de plus en plus d'internautes s'informent presqu'exclusivement sur Internet à travers les blogs, les podcasts et les vidéos en ligne. Certains d'entre eux ne regardent pratiquement plus la télé ! Ils s'informent online ! Les internautes, en effet, ne représentent pas TOUTE la France. Mais il est normal quand même de prévoir des débats pour ce public sur un medium de plus en plus ancré dans le quotidien. N'oublions pas tout de même que près de la moitié de la population française (28 millions) sont des internautes réguliers ou occasionnels.

Parallèlement, Agoravox, qui prône depuis maintenant deux ans l'émergence de médias citoyens en ligne, se propose d'organiser ces débats sur Internet. Bien sûr, il n'y a pas un média Internet plus légitime qu'un autre pour se décréter comme l'organisateur officiel de ces débats. Cependant Agoravox a prouvé qu'il avait l'énergie et la représentativité nécessaires de par la diversité de ses contributeurs (près de onze mille) et sa notoriété pour proposer une plateforme de débats démocratiques sur le net.

De ce fait, l'initiative de Carlo Revelli "Appel pour un débat entre les candidats avant le premier tour des présidentielles" me semble pertinente. Si d'autres médias en ligne souhaitent rejoindre cette idée pour une mise en commun des forces alors tant mieux ! Pour le moment, seul Agoravox propose quelque chose.

Je soutiens donc ce projet malgré les grands défis organisationnels, techniques et politiques qui se profilent d'emblée dans un délai encore une fois intenable (J -17).

Pour en savoir davantage rendez-vous maintenant sur :



En tant qu'électeur et internaute impliqué dans la citoyenneté et parce que je suis fier de vivre dans un pays démocratique et moderne, j'ai envie moi aussi de faire partie de ces millions de Français qui souhaitent prendre en main leur destin. Les candidats doivent enfin prendre en compte nos envies et attentes et nous répondre par une véritable vision de notre avenir et notre pays y compris par le canal Internet s'il le faut. Bien sûr, il est urgent aussi que l'on s'occupe un peu de la "fracture numérique" afin que l'autre moitié de la France, les populations exclues et les habitants des "zones blanches" (celles qui n'ont pas accès au haut-débit), puisse rapidement rejoindre leurs concitoyens déjà en ligne.

20/03/2007

Présidentielle 2007 : l’irruption des internautes dans la campagne

medium_Agoravox-ouvrage-collectif.gifAujourd'hui, je suis heureux de vous annoncer que je suis l'un des co-auteurs de l'ouvrage collectif proposé par Agoravox "Présidentielle 2007 : l’irruption des internautes dans la campagne" !

Il s'agit d'une compilation d'articles en lien avec la Présidentielle 2007 rédigés par les rédacteurs d'Agoravox.fr. C'est véritablement émouvant, pour un simple citoyen lambda comme moi, de voir l'un de ses écrits blogs publié dans un vrai bouquin de plus de 300 pages que l'on peut trouver dans la vraie vie chez un libraire !

C'est en fait mon billet "Le Fear Marketing" (Le marketing de la peur) posté ici même en octobre 2005 de façon presque prémonitoire avant que les troubles de nos banlieues éclatent qui a été sélectionné pour cet ouvrage. J'y dénonce les techniques publicitaires basées sur la délivrance de messages angoissants pour nous faire consommer. Par extension, des techniques similaires semblent utilisées en politique pour dresser une France contre l'autre et ce à des fins électoralistes.

Si vous souhaitez en savoir plus sur cet ouvrage collectif rédigé majoritairement par des internautes (donc non professionnels) , voici pour votre information le teasing de cet ouvrage :

========================================

Présidentielle 2007 : l’irruption des internautes dans la campagne

Dans le cadre des Premières rencontres du 5e pouvoir, qui se tiendront le 24 mars à Saint-Denis, AgoraVox, le média citoyen, présentera son premier ouvrage collectif rédigé par ses rédacteurs :
Présidentielle 2007
L’irruption des internautes dans la campagne
Ouvrage collectif coordonné par Carlo Revelli
(Éditions Le Manuscrit)


Quelles influences, déclarées ou discrètes, s’exercent sur les médias traditionnels ? Dans quelles circonstances la mise en scène de la peur est-elle utilisée comme argument politique et journalistique ? Comment les sondages sont-ils instrumentalisés ? Y a-t-il orchestration autour de la bipolarisation de la scène politique française et de la figure du « troisième homme » ? L’expansion de la voix des citoyens, notamment grâce à Internet et aux évolutions technologiques, ira-t-elle jusqu’à troubler le jeu et redistribuer les cartes, donnant raison à ceux qui parlent de l’émergence d’un cinquième pouvoir ?

Ces questions sont au cœur de ce livre, croisement entre divers articles publiés au cours des derniers mois sur ce qu’on appelle aujourd’hui un média citoyen, AgoraVox, autour du thème de l’élection présidentielle 2007. Quels que soient leurs choix politiques ou leurs hésitations, les rédacteurs, qui dans leur grande majorité ne sont pas des professionnels du journalisme, mettent leurs connaissances et leur réflexion au service d’un décodage du fonctionnement des médias, au service de la distance critique face aux rouages de la communication médiatique.

Le but de l’ouvrage est double :

  • analyser et disséquer le mécanisme politico-médiatique qui a tenté d’imposer une bipolarisation de la vie politique tout en jouant, au gré des sondages, avec la notion de « troisième homme » ;
  • comprendre si les internautes, le cinquième pouvoir et le journalisme citoyen ont réellement influencé cette campagne présidentielle.

L’ouvrage sera présenté par ses auteurs lors des Premières rencontres du 5e pouvoir le 24 mars et peut être commandé dés aujourd’hui directement sur le site des éditions Le Manuscrit. Le livre papier (306 pages) est à 19,90 € et le livre électronique à 7,90 €. Retrouvez-le également dans votre librairie et toutes les librairies en ligne.


SOMMAIRE

I - MEDIAS ET POLITIQUES : UN MARIAGE D’AMOUR OU DE RAISON ?

LA CONCENTRATION MEDIATIQUE ET LES CONNIVENCES MEDIATICO-POLITIQUES

  • Concentration des médias : tâche bientôt achevée (par Forest Ent)
  • Quelques notices d’hommes influents dans les médias, en souvenir de la DADVSI (par Forest Ent)
  • Une campagne médiatique aux ordres de Nicolas Sarkozy ? (par Nicolas Cadène)
  • L’UDF, les médias, leurs actionnaires et la loi (par Adam Kesher)
  • Etienne Mougeotte et le déni de réalité (par Jeff Lebowski)

L’UTILISATION DU MARKETING DE LA PEUR

CONTROLE DE L’INFORMATION : INTERNET MENACE ?

  • Bayrou et Sarkozy chez Loïc Le Meur : grâce au Web, adieu, politique politicienne ? (par Quitterie Delmas)
  • Notre gouvernement fait planer de nouvelles menaces sur la liberté d’expression et Internet... (par Quitterie Delmas)
  • Le gouvernement mal à l’aise face à la libre circulation de l’information ? (par Guillaume Champeau)


II - PRESIDENTIELLE 2007 : LES DES SONT-ILS PIPES ?

LA DEMOCRATURE TENTE D’IMPOSER SEGOLAS SARKOLENE

  • Élections présidentielles 2007, exister médiatiquement (par Aurélie Le Gars)
  • Les médias nous imposent-ils réellement Ségolène et Sarkozy ? (par Alex)
  • Les candidats, l’électeur et l’enfant, Ou comment les favoris des sondages pour la présidentielle 2007 nous prennent pour des enfants (par Chem Assayag)
  • Il est né le divin Sarkozy (par Bernard Dugué)
  • Nicolas ? Pimprenelle ? Faut rendre le débat, maintenant, vous énervez tout le monde avec vos petits jeux (par Sébastien Fontenelle)
  • François Bayrou fait planer le doute sur les coulisses du SarkoShow (par Henri Moreigne)
  • Ségolas Sarkolène : l’opium des médias ? (par Carlo Revelli)

SONDAGES : UN OUTIL A DOUBLE TRANCHANT POUR UN DUEL SEGO-SARKO ?

  • L’écho des sondages résonne dans les médias (par Yann Riché)
  • Comment orienter un sondage d’opinion ? (par Gérard Dahan)
  • Sondages présidentiels : au service de l’UMP ? (par Nicolas Cadène)
  • Le journaliste, le sondage, l’électeur et la défiance (par Manuel Atreide)

LES PETITES PHRASES QUI FONT LA UNE DES MEDIAS

  • Sarkozy et la multiplication des fidèles (ou quand les chiffres s’emballent à l’UMP) (par Carlo Revelli)
  • L’iconoclaste et la boucle de l’info (par Guy Birenbaum)
  • En attendant le débat... (par Yann Riché)

III - LE " CINQUIEME POUVOIR " A-T-IL INFLUENCE REELLEMENT LA CAMPAGNE PRESIDENTIELLE ?

FACE AUX MEDIAS, INTERNET UN ECHO POUR LE PLURALISME ?

  • François Bayrou, le candidat qui ne plaît pas aux médias, a-t-il une chance de s’imposer ? (par Carlo Revelli)
  • Pourquoi j’ai décidé d’être candidat aux présidentielles (par Rachid Nekkaz)
  • Osons ce que nous voulons (par Corinne Lepage)
  • Changer le monde par le bas... (par Thierry Crouzet)

LE JOURNALISME CITOYEN : UN REGARD TOURNE VERS LE CINQUIEME POUVOIR


Contact Presse Cybion

Tél : 01 53 32 46 00 - Email : contact@agoravox.com

Contact éditeur
Pour recevoir un exemplaire de presse, s’adresser à edition@manuscrit.com

Vous souhaitez rencontrer les rédacteurs et les fondateurs d'AgoraVox ? Débattre de journalisme citoyen et cinquième pouvoir ?
Inscrivez-vous vite à notre journée du 24 mars

========================================

 

Bonne lecture, même si, j'avoue, ce ne sont pas des sujets toujours très "fun" ;)

26/02/2007

Agoravox : les premières rencontres du 5e pouvoir

medium_rencontre.gifAgoravox, le désormais très célèbre média citoyen organise un grand évènement le samedi 24 mars prochain. Pour ceux qui ne connaissent pas Agoravox.fr, il s'agit d'une plateforme de "journalisme" citoyen. Tout un chacun a la possibilité de soumettre un article ou un point de vue de son choix. Il n'est pas demandé d'être aussi bon qu'un journaliste professionnel. Mais simplement de savoir développer une idée et de respecter un minimum les règles rédactionnelles.

Ainsi Agoravox compte, après dix-huit mois d'activité, près de 9000 rédacteurs citoyens. Certains de ces rédacteurs sont en fait assez connus et parfois eux mêmes journalistes dans la vraie vie (Jean-Michel Aphatie de RTL, par exemple).

Evidemment, il existe une charte éditoriale et un comité de lecture afin de s'assurer, d'une part, que les articles respectent certaines règles rédactionnelles et d'étiquette et, d'autre part, que ce ne soient pas toujours les articles portant sur les mêmes thèmes qui soient publiés. Ces quelques règles permettent de proposer une diversité accrue des articles. Pour tout vous dire, même certaines notes de "S'installer et vivre à la campagne" sont reprises.

Pour affirmer l'émergence de ces nouveaux médias citoyens en ligne, Agoravox a souhaité marquer le coup et propose donc une journée évènement inédite. L'évènement tourne autour de la thématique du journalisme citoyen et pose la question de savoir si les nouveaux médias ne représentent pas en fin de compte un "cinquième pouvoir" (le "quatrième pouvoir" étant les médias traditionnels).

On peut certes prétendre que s'auto-proclamer "cinquième pouvoir" peut paraitre un peu péremptoire. Toutefois, au vu de la soupe médiatique et informationnelle qui nous est distillée depuis quelques temps, on peut avec raison se demander si les citoyens sont aujourd'hui informés de façon vraiment objective. On voit un peu partout que les médias de masse sont plus ou moins liés au pouvoir en place. Entre les messages mielleux et les questions orientées pro- "un tel" ou contra- "tel autre", il est clair que la faculté de discernement de la population peut apparaitre comme fortement entamée.

C'est donc autour de ces questions qu'Agoravox organise ces "Premières rencontres du 5e pouvoir". Cela se passera toute la journée le samedi 24 mars 2007, à "L'Usine" à St-Denis (près du Stade de France). Près de cinq cents personnes y sont attendues. Des intervenants connus et moins connus aborderont les sujets suivants :

  • Journalisme citoyen et 5e pouvoir, enjeux et perspectives,
  • Blogs et médias citoyens : alternatives efficaces contre la censure ?
  • Web2.0 : la technologie favorise t-elle réellement la prise de pouvoir du citoyen ?
  • Micro-pouvoirs : les blogs au service d’une résistance locale ?
  • Y a-t-il un nouveau journalisme possible ? Entre investigation professionnelle et devoir citoyen ; Internet permet-il de traiter des sujets "sensibles" ?
  • Le regard des médias traditionnels sur les nouveaux médias : quelle complémentarité ?
  • Élections présidentielles : rôle des médias, des blogs et des médias citoyens

L'entrée est payante : 15 euros. Ce n'est vraiment pas très cher puisque, en plus des conférences et débats qui s'annoncent passionnants, quatre buffets (petit-déjeuner, "cocktail déjeunatoire" et deux pauses café) sont inclus dans le tarif. A titre de comparaison, le billet d'entrée d'un évènement récent sur le "Web 3" s'est élevé à environ 300 euros voire davantage en cas de réservation tardive !

Je pense que c'est une excellente idée d'avoir organisé une véritable rencontre physique pour ces milliers de "virtuelistes" adeptes du mulot et autre bloggeurs auto-centrés (dont je fais partie). En même temps, de vrais sujets sont mis sur la table, puisqu'ils touchent à la manière dont nous sommes informés via les médias officiels. Je suis de plus en plus convaincu que nos moyens de s'informer dans les prochaines années vont être bouleversés au fur et à mesure de la généralisation de l'usage de l'Internet qui entre désormais par tous les biais dans nos foyers. Je fonde beaucoup d'espoir dans des plateformes d'échange citoyen telles qu'Agoravox pour s'informer de façon alternative

Donc, si vous voulez découvrir ces nouveaux médias citoyens et leurs enjeux, rendez-vous allègrement aux "Premières rencontres du 5e pouvoir" le samedi 24 mars prochain. Toutes les infos pratiques ainsi que les modalités d'inscription sont disponibles ici.

Moi j'envisage d'y aller et je soutiens l'initiative. Alors peut-être, chère lectrice et cher lecteur, que nous nous y croiserons et aurons ainsi l'occasion de papoter un peu entre un toast et un kir ! Espérons que des évènements comme ceux-là seront un jour organisés également au niveau des régions !