01/07/2008

Le Campagnard

Bonjour,

Notre ami HK nous a proposé de participer à la rédaction de son blog sur la vie à la campagne. J'ai donc choisi de me lancer dans cette nouvelle aventure, pour parler justement avec vous... du campagnard !

Un petit mot de présentation d'abord : j'ai créé avec ma femme un site qui s'appelle Luxe Campagne, sur l'art de vivre à la campagne : nous restaurons une ferme et nous faisons des photos pour le plaisir, mais un jour on a eu l'idée d'en faire un site, pour partager nos impressions et faire des ambiances sur le sujet de la campagne. Je suis né en pleine cambrousse, mais maintenant j'habite en ville (à Dijon).

/archive/2008/07/sabots.jpgParlons donc du campagnard :
Qui est cet étrange personnage ?
Qu'est-ce qu'il a de différent de nous autres, les filles et les gars de la ville ?

Il a beau vivre en milieu rural, il peut être parfois bien urbain. Je ne parle pas des fameux "rurbains", mais plutôt de sa capacité à être aimable et avenant envers les autres (bon, pas toujours, c'est vrai... Mais vous en connaissez aussi, des citadins, qui ne sont ni polis ni tournés vers autrui n'est-ce pas ?). En tous cas voici une des multiples facettes du campagnard : il peut-être à la fois rural et urbain.

Quand je dis campagnard, je dis aussi campagnarde bien-sûr. Est-ce de ma faute si ce site ne s'appelle pas "www.campagnarde.net" ? Oui je suis un peu féministe aussi. Bon, ça c'est dit.

Le campagnard, tout comme la campagne d'ailleurs, est très difficile à définir ou à catégoriser. J'ai connu justement une campagnarde qui me parlait du bourg à 6 km de chez elle, où il y avait 2000 habitants : "c'est la ville" me disait-elle. A mon avis, elle avait raison.
La campagne, qu'on appelait "champagne" en vieux français, serait plutôt un endroit avec des champs cultivés ("campus" en latin qui veut dire "champ" pas université où l'on va aussi pour se cultiver). On voit qu'à la campagne, la nature et la culture sont indissociables !
Donc le campagnard habite ou vit une grande partie de son temps, ou vient au pire de cette zone de champs cultivés, où la concentration de la population est faible, et l'habitat clairsemé.

On en apprend plus quand on est à l'écoute des jolis petits noms d'oiseaux que donnent les méchantes personnes aux campagnards :
rarement "gentleman farmer", beaucoup plus souvent "paysan" ce qui aujourd'hui fait moins péjoratif que dans les années 70. Dans les noms plus typés nous avons : "pécore, cul-terreux, bouseux, vilain". D'ailleurs le "vilain" est le "villageois", qui vient du latin "villa romaine", la même étymologie que "ville" qu'on retrouve encore ici ! Souvent, pour le campagnard, la culture est une seconde nature : c'est le "culto", le "cultivateur", "l'agriculteur"... Si vous connaissez d'autres désignations auxquelles je n'aurais pas pensé, n'hésitez pas à laisser des commentaires.

Un autre point définit encore bien le citoyen des campagne : la profondeur !
Point de surface à la campagne (à part les surfaces cultivées), on est dans la France profonde, et même dans un trou (souvent perdu). On monte sur Paris, on descend à la campagne. On vient s'y enterrer parfois. Le campagnard a les pieds sur terre, et même ancrés dans la terre. On dit qu'il a des racines dans le terroir, qui est encore un lieu très culturel.

Voilà, tout ça pour dire que les choses ne sont jamais simples et tranchées, le campagnard peut être urbain, être une femme, méprisé ou admiré, cultivateur et cultivé, il peut travailler et vivre en ville la plupart du temps, sans savoir reconnaître une pâquerette d'un pissenlit.
Il peut aussi mépriser la nature et verser dans ses champs les produits les plus toxiques...
Il peut aussi être là par passion, faire revivre son village, défendre et protéger l'environnement et la culture locale... C'est celui là qu'on a choisi ici.

Luxe Campagne 

Commentaires

m envoyer des revues de campagnes en france avec le mobilier rustuque merci

Ecrit par : mihoubi | 27/01/2010

Écrire un commentaire