30/06/2008

Glanage et cueillette : cherche des personnes pour parler de leurs expériences de glanage et cueillette

Champis.jpgChers lectrices, chers lecteurs,

Urgent : je cherche pour témoigner dans une émission de télévision très connue sur M6 des gens qui pratiquent le glanage et la cueillette dans la nature pour des raisons économiques.

Typiquement, les personnes qui intéressent cette émission sont celles qui glanent et cueillent parce que la vie est chère, pour réduire leur budget alimentation, ou pour revendre les produits de leurs cueillettes, etc. bref en tant qu'activité principale ou d'appoint pour des raisons économiques.

Si vous êtes adeptes du glanage ou si vous connaissez du monde autour de vous, merci de me contacter. C'est assez urgent.

Une journaliste entrera alors en contact avec ces personnes en vue éventuellement d'une interview et d'un passage sur M6.

Merci ! 

 

Commentaires

En tant que glaneuse urbaine (cueilette des fins de marché et des vieilles chaises ou autres à droite, à gauche) depuis des années, avec quelques autres nous nous méfions un peu de cette médiatisation du glanage (beaucoup d'émissions tv en ce moment sur ce thème) ,non pas que cela soit mauvais pour les citoyens mais en devenant très à la mode (par nécessité certes) très "tendance" ,il y aura un effet pervers ,de récup' si j'ose dire
le glanage paradoxalement sera si couru,si encouragé médiatiquement que le glaneur devra se battre pour glaner ,il y aura trop de monde à la cueillette (comme au supermarché) et les vrais glaneurs dont le mode de glanage est encore assez cool,(ceux que je connais) risquent de se retrouver à nouveau dans un monde de bruts où les plus enragés ramasseront tout.
Ce n'est qu'un humble avis (celui de mes amis glaneurs urbains aussi) qui n'iront jamais à la tv scier la branche sur laquelle ils sont assis ;-) voilà entre autres ,un éclairage dont j'admets qu'il est contestable.
A part ça vous avez crée un très beau blog ;-)

Ecrit par : frasby | 21/08/2008

JE GLANE ! des noix, mûres, coings, pommes de terre, pois, pommes, cynorrhodon, et autres thym, sarriette, menthe...
champignons aussi.
Pour des raisons économiques, et pour le plaisir aussi !!

Ecrit par : Clau | 15/10/2008

Bonjour frasby,
Merci pour votre apport à ce sujet délicat du glanage. Je partage entièrement votre point de vue. Effectivement, j'imagine qu'avec les temps qui courent le glanage ne sera plus uniquement une activité de loisir, mais un appoint nécessaire pour beaucoup de familles. Il n'y aura donc pas besoin d' "encouragement" de la part des médias. Cette activité deviendra tellemenent naturelle... et vitale pour nombre d'entre nous. Pour le reste de votre avis sur la concurrence qui pourrait fatalament émerger au sein des glaneurs, je n'ai rien à ajouter tellement votre point de vue me semble visionnaire !
Bonne continuation et à bientôt sur ce blog.

Bonjour Clau,
Merci pour votre témoignage. Actuellement, le glanage est une activité de loisir ; je dirais une combinaison de recherche de bienfaits naturels et d'appoint économique (car on peut très bien se passer de glaner... pour le moment). Le glanage a été par le passé une activité économique vitale, puis a acquis un rôle de loisir. Il devient apparemment aussi une mode vu la médiatisation croissante que connait ce sujet. Or, il n'est pas du tout exclu que le glanage redevienne une nécessité impérieuse pour une part plus importante de la population ces prochaines années.

L'espace de glanage devra donner lieu peut-être à davantage de partage...
Au plaisir de vous lire,

Ecrit par : HK | 13/11/2008

désolé mais je connais personne !!!!!!!!

Ecrit par : fadoua | 02/01/2009

Nous partons glaner !

Tandis que les hommes s’occupaient du labourage, des semailles et des moissons, nous savions que quelques mois plus tard nous irions glaner les épis de blé laisser par les moissonneurs.
Ce ramassage servait essentiellement à la nourriture des nombreux pigeons que possédaient « petite mère et petit père » dans leur pigeonnier autour de la maison.
La saison venue, en fin d’après-midi et protégé d’un chapeau de paille, nous partions avec « petite mère » pour glaner les épis de blé mûrs oubliés par les hommes et leur machine. Nous faisions de beaux bouquets et les heures passaient. Après que nous ayons eues remplit nos deux sacs de toile de jute emportés, je terminer toujours en faisant un bouquet de fleurs des champs constitué de bleuets, marguerites, coquelicots mélangés avec quelques épis de blé.
« De ce temps tout était beau et ça sentait bon la terre »
Aujourd’hui je ressens encore cette odeur si particulière faîtes d’un mélange de terre, de fleurs des champs et de blés mûrs chauffés par le soleil. J’aime toujours ce style de bouquet que je confectionne moi-même lors de mes promenades en campagne.
ENCORE AUJOURD'HUI J'AI LE GOUT DE GLANER PAR PLAISIR

Ecrit par : lesoille | 07/10/2009

Ecrire un commentaire