« 2007-02 | Page d'accueil | 2007-04 »

31/03/2007

Récit sur trois mois d'urbanités...

medium_IMG_1865.2.jpgComme je l'évoquais dans la précédente note, "S'installer et vivre à la campagne" était en déplacement... à Paris !

En effet, les sujets qui ont été abordés en ville sont difficilement gérables depuis le fin fond du Berry ! Les deux sujets sont en lien avec l'Internet.


1) Lancement d'un moteur de recherche blogosphérique dans le domaine francophone :

/archive/2007/03/medium_Logo_Blogdimension.3.gif


J'ai fondé ce moteur de recherche émergent avec mon collègue de Flowstation.net. Blogdimension.com indexe les contenus de type "Web 2.0" à savoir les blogs, podcasts, vidéos en ligne (type Dailymotion, YouTube...) et les images. La recherche d'autres flux sera possible prochainement.

Il s'agit d'une initiative visant à proposer une alternative et une complémentarité aux grands systèmes de recherche nord-américains. Nous pensons qu'il y a de la place pour tout le monde dans cet écosystème prédateur ! Nous avons été motivés par le dynamisme de la blogosphère et du Web 2.0 francophones, l'une parmi les plus actives au monde. Ainsi, nous proposons aux internautes francophones un point d'entrée en cohérence avec leur(s) culture(s) et langue !
Vous retrouvez donc, à partir d'une seule interface simplissime, la recherche de blogs, podcasts, vidéos et images.

L'index est encore en cours de construction. Notre petit "bot" parcourt la blogosphère tranquillement. Alors si vous ne voyez pas apparaitre votre blog, suggérez-le dans "Ajouter un blog". N'hésitez pas à le tester et à faire des suggestions d'améliorations.

2) Organisation de la journée Agoravox "Les premières rencontres du 5e pouvoir".


Vous avez probablement eu vent de cet évènement du média citoyen numérique ? Sachez que j'ai pris part à l'organisation de cette grande fête qui à réuni près de 300 personnes impliquées dans les médias citoyens et les blogs le 24 mars dernier à St Denis (93).

Cet évènement a été un grand succès ! La plupart des médias dits "traditionnels" ont rédigé un article sur Agoravox suite à cette journée. Vous retrouverez une synthèse de cet évènement sur l'article "Bilans à chaud des premières rencontres du cinquième pouvoir".

Le défi était de taille : il fallait monter cette opération en seulement deux mois de temps ! Trouver la salle, élaborer le programme, inviter les orateurs, convaincre les participants, communiquer (le buzz dans la blogosphère s'est avéré redoutable !), gérer les inscriptions, imaginer un concept d'animation... tout cela n'a pu être mené à bien que grâce à l'extrême motivation de l'équipe Agoravox et la forte attente du public.

J'en profite au passage pour remercier les personnes suivantes qui m'ont fait confiance sachant que deux mois pour monter un tel évènement est quasiment suicidaire :

  • Carlo Revelli et Joël de Rosnay, Alexandre, Claire, Clément, Coumbo, David, Fanny, Iannis, Jérôme, Mounir, Olivier, Samuel, Thibault... et tant d'autres !

J'ai passé chez Agoravox deux mois extrêmement enrichissants au sein d'une vraie rédaction d'un média on line. L'atmosphère y est plutôt studieuse mais très détendue. Malgré les échéances qui nous guettaient, je n'ai ressenti aucun stress particulier. Par ailleurs, j'ai été très heureux de me retrouver dans une société véritablement multi-culturelle et pluri-disciplinaire avec des personnes d'origines diverses. Et pour finir, je me suis fait de nouveaux amis. Chez Agoravox, tout le monde affiche naturellement le sourire !

Si un jour vous souhaitez, vous aussi, organiser un évènement de type "Web 2.0" sentez vous libres de me contacter. Je serai tout à fait open pour vous accompagner et vous donner des éléments de méthodologie.

Quant à savoir si nous sommes, nous, le peuple interconnecté, le "5e pouvoir" je ne sais pas vraiment. Nous avons peut-être la capacité de "pouvoir faire"... Nous avons peut-être le "potentiel de"... Je pense surtout que nous sommes un prodigieux "think tank", un superbe et immense gisement d'idées. Charge à ceux qui ont le "pouvoir" d'en tenir compte pour donner une véritable vision à notre pays.

Maintenant, comme le faisait dire si bien Voltaire à Candide par la bouche d'un vieux sage, "Il faut cultiver son jardin !". Je retourne donc dans mon fouillis végétal.

NB : Agoravox est une marque de la société de veille stratégique Cybion. Je recommande cette société pour tous vos besoins d'intelligence économique et de veille concurrentielle.

25/03/2007

Retour aux sources campagnardes après trois mois d'une vie hype dans la mégalopole !

/archive/2007/03/medium_Photo_0004.jpgDepuis le début de l'année, j'ai vécu une vie particulièrement urbaine. Des raisons personnelles autant que professionnelles m'ont contraint à passer mon temps presque exclusivement à Paris. En temps normal, je passe environ 40% de mon temps en pleine nature aux confins de la Brenne sauvage et le reste dans la mégalopole. J'expliquerai dans une prochaine note les raisons de mon (trop) long tropisme parisien.

Je n'ai ainsi pas vu grand chose de l'hiver 2006-2007 à la campagne. J'ai juste constaté quelques précocités dans le monde végétal et animal. Mon petit potager est dans un état de semi-abandon. Je m'enorgueillis toutefois d'avoir du beau persil et de splendides oignons et échalotes plantés courant octobre. Un hiver doux a boosté leur croissance. Les abeilles semblent avoir repris leur activité butinière. Il semble que l'une des rûches ait été décimée. Je demanderai à Gérard, l'apiculteur, son point de vue sur cette disparition.

Et maintenant, alors que la saison végétative redémarre, je vais devoir réfléchir à la manière dont je vais planifier l'année de jardinage.

Je vais devoir désherber les carrés en friche avant que les mauvaises herbes ne montent à graine. C'est un travail manuel qui peut-être un peu harassant. Très bon pour fondre les couches lipidiques accumulées durant l'hiver ! Pas question d'utiliser un produit chimique. Ce blog est Round Up-free !

Par ailleurs, il va falloir créer de nouvelles parcelles et donc découper des carrés dans la prairie. C'est un boulot assez physique que de retirer des mottes d'herbe compactes ! Sauf que... Cette année, j'ai appliqué l'une des méthodes de désherbage proposées par Din-Diu qui consiste à poser des tôles à l'endroit où l'on souhaite réaliser son carré potager. L'herbe ainsi privée de soleil pendant plusieurs mois ne se développe plus et c'est une terre nue qui s'offre alors au labeur du jardinier. Il n'y a plus d'efforts à faire hormis d'être patient et permettre au temps de faire son oeuvre. Il ne reste ensuite plus qu'à gratter les quelques touffes d'herbe jaunie et préparer la couche superficielle de la terre pour qu'elle accueille les semis.

Je ne créé pas de grandes parcelles. En général, je définis des carrés de 2x2m ou bien des rectangles de cinq mètres sur 1,20m. Ainsi, on peut jardiner à peu près proprement sans avoir à poser ses pieds alourdis de gros sabots ou bottes dans la terre même du carré. Tout est à portée de bras ! Je me suis inspiré des techniques jardinières aperçues en Afrique mais aussi dans les jardins urbains où l'espace pour jardiner vient à manquer. Je privilégie le micro-potager. C'est plus simple à gérer pour un fainéant comme moi !

Small is beautiful !

Bonne année de jardinage à vous tous. Que la terre vous procure de beaux fruits et légumes naturels et savoureux !

 

Hype [hajp] : dans la tendance, branché, de ce de quoi on parle le plus en ce moment 

22/03/2007

L'Unité


L'Unité - Nuttea
[Clic droit + Play]

20/03/2007

Présidentielle 2007 : l’irruption des internautes dans la campagne

medium_Agoravox-ouvrage-collectif.gifAujourd'hui, je suis heureux de vous annoncer que je suis l'un des co-auteurs de l'ouvrage collectif proposé par Agoravox "Présidentielle 2007 : l’irruption des internautes dans la campagne" !

Il s'agit d'une compilation d'articles en lien avec la Présidentielle 2007 rédigés par les rédacteurs d'Agoravox.fr. C'est véritablement émouvant, pour un simple citoyen lambda comme moi, de voir l'un de ses écrits blogs publié dans un vrai bouquin de plus de 300 pages que l'on peut trouver dans la vraie vie chez un libraire !

C'est en fait mon billet "Le Fear Marketing" (Le marketing de la peur) posté ici même en octobre 2005 de façon presque prémonitoire avant que les troubles de nos banlieues éclatent qui a été sélectionné pour cet ouvrage. J'y dénonce les techniques publicitaires basées sur la délivrance de messages angoissants pour nous faire consommer. Par extension, des techniques similaires semblent utilisées en politique pour dresser une France contre l'autre et ce à des fins électoralistes.

Si vous souhaitez en savoir plus sur cet ouvrage collectif rédigé majoritairement par des internautes (donc non professionnels) , voici pour votre information le teasing de cet ouvrage :

========================================

Présidentielle 2007 : l’irruption des internautes dans la campagne

Dans le cadre des Premières rencontres du 5e pouvoir, qui se tiendront le 24 mars à Saint-Denis, AgoraVox, le média citoyen, présentera son premier ouvrage collectif rédigé par ses rédacteurs :
Présidentielle 2007
L’irruption des internautes dans la campagne
Ouvrage collectif coordonné par Carlo Revelli
(Éditions Le Manuscrit)


Quelles influences, déclarées ou discrètes, s’exercent sur les médias traditionnels ? Dans quelles circonstances la mise en scène de la peur est-elle utilisée comme argument politique et journalistique ? Comment les sondages sont-ils instrumentalisés ? Y a-t-il orchestration autour de la bipolarisation de la scène politique française et de la figure du « troisième homme » ? L’expansion de la voix des citoyens, notamment grâce à Internet et aux évolutions technologiques, ira-t-elle jusqu’à troubler le jeu et redistribuer les cartes, donnant raison à ceux qui parlent de l’émergence d’un cinquième pouvoir ?

Ces questions sont au cœur de ce livre, croisement entre divers articles publiés au cours des derniers mois sur ce qu’on appelle aujourd’hui un média citoyen, AgoraVox, autour du thème de l’élection présidentielle 2007. Quels que soient leurs choix politiques ou leurs hésitations, les rédacteurs, qui dans leur grande majorité ne sont pas des professionnels du journalisme, mettent leurs connaissances et leur réflexion au service d’un décodage du fonctionnement des médias, au service de la distance critique face aux rouages de la communication médiatique.

Le but de l’ouvrage est double :

  • analyser et disséquer le mécanisme politico-médiatique qui a tenté d’imposer une bipolarisation de la vie politique tout en jouant, au gré des sondages, avec la notion de « troisième homme » ;
  • comprendre si les internautes, le cinquième pouvoir et le journalisme citoyen ont réellement influencé cette campagne présidentielle.

L’ouvrage sera présenté par ses auteurs lors des Premières rencontres du 5e pouvoir le 24 mars et peut être commandé dés aujourd’hui directement sur le site des éditions Le Manuscrit. Le livre papier (306 pages) est à 19,90 € et le livre électronique à 7,90 €. Retrouvez-le également dans votre librairie et toutes les librairies en ligne.


SOMMAIRE

I - MEDIAS ET POLITIQUES : UN MARIAGE D’AMOUR OU DE RAISON ?

LA CONCENTRATION MEDIATIQUE ET LES CONNIVENCES MEDIATICO-POLITIQUES

  • Concentration des médias : tâche bientôt achevée (par Forest Ent)
  • Quelques notices d’hommes influents dans les médias, en souvenir de la DADVSI (par Forest Ent)
  • Une campagne médiatique aux ordres de Nicolas Sarkozy ? (par Nicolas Cadène)
  • L’UDF, les médias, leurs actionnaires et la loi (par Adam Kesher)
  • Etienne Mougeotte et le déni de réalité (par Jeff Lebowski)

L’UTILISATION DU MARKETING DE LA PEUR

CONTROLE DE L’INFORMATION : INTERNET MENACE ?

  • Bayrou et Sarkozy chez Loïc Le Meur : grâce au Web, adieu, politique politicienne ? (par Quitterie Delmas)
  • Notre gouvernement fait planer de nouvelles menaces sur la liberté d’expression et Internet... (par Quitterie Delmas)
  • Le gouvernement mal à l’aise face à la libre circulation de l’information ? (par Guillaume Champeau)


II - PRESIDENTIELLE 2007 : LES DES SONT-ILS PIPES ?

LA DEMOCRATURE TENTE D’IMPOSER SEGOLAS SARKOLENE

  • Élections présidentielles 2007, exister médiatiquement (par Aurélie Le Gars)
  • Les médias nous imposent-ils réellement Ségolène et Sarkozy ? (par Alex)
  • Les candidats, l’électeur et l’enfant, Ou comment les favoris des sondages pour la présidentielle 2007 nous prennent pour des enfants (par Chem Assayag)
  • Il est né le divin Sarkozy (par Bernard Dugué)
  • Nicolas ? Pimprenelle ? Faut rendre le débat, maintenant, vous énervez tout le monde avec vos petits jeux (par Sébastien Fontenelle)
  • François Bayrou fait planer le doute sur les coulisses du SarkoShow (par Henri Moreigne)
  • Ségolas Sarkolène : l’opium des médias ? (par Carlo Revelli)

SONDAGES : UN OUTIL A DOUBLE TRANCHANT POUR UN DUEL SEGO-SARKO ?

  • L’écho des sondages résonne dans les médias (par Yann Riché)
  • Comment orienter un sondage d’opinion ? (par Gérard Dahan)
  • Sondages présidentiels : au service de l’UMP ? (par Nicolas Cadène)
  • Le journaliste, le sondage, l’électeur et la défiance (par Manuel Atreide)

LES PETITES PHRASES QUI FONT LA UNE DES MEDIAS

  • Sarkozy et la multiplication des fidèles (ou quand les chiffres s’emballent à l’UMP) (par Carlo Revelli)
  • L’iconoclaste et la boucle de l’info (par Guy Birenbaum)
  • En attendant le débat... (par Yann Riché)

III - LE " CINQUIEME POUVOIR " A-T-IL INFLUENCE REELLEMENT LA CAMPAGNE PRESIDENTIELLE ?

FACE AUX MEDIAS, INTERNET UN ECHO POUR LE PLURALISME ?

  • François Bayrou, le candidat qui ne plaît pas aux médias, a-t-il une chance de s’imposer ? (par Carlo Revelli)
  • Pourquoi j’ai décidé d’être candidat aux présidentielles (par Rachid Nekkaz)
  • Osons ce que nous voulons (par Corinne Lepage)
  • Changer le monde par le bas... (par Thierry Crouzet)

LE JOURNALISME CITOYEN : UN REGARD TOURNE VERS LE CINQUIEME POUVOIR


Contact Presse Cybion

Tél : 01 53 32 46 00 - Email : contact@agoravox.com

Contact éditeur
Pour recevoir un exemplaire de presse, s’adresser à edition@manuscrit.com

Vous souhaitez rencontrer les rédacteurs et les fondateurs d'AgoraVox ? Débattre de journalisme citoyen et cinquième pouvoir ?
Inscrivez-vous vite à notre journée du 24 mars

========================================

 

Bonne lecture, même si, j'avoue, ce ne sont pas des sujets toujours très "fun" ;)

18/03/2007

Un vol de milliers de grues hier...

... enfin il y a déjà deux semaines pour être dans le vrai ! Mais un besoin urgent de jeu de maux n'a pas pu être évité !

medium_P3042260.JPGS'il est un animal emblématique qui symbolise à merveille le rythme des saisons, c'est bien la grue cendrée (grus grus).

La grue, grand oiseau migrateur de la catégorie des échassiers, accomplit, deux fois par an, un voyage de plusieurs milliers de kilomètres entre la Suède et l'Espagne. Et bien sûr, la France représente une étape importante dans le périple de cet échassier habituellement discret de nos milieux humides.

Les paysans portent une attention toute particulière au passage des grues cendrées car ils sont des indicateurs populaires de l'alternance des saisons. Pour un campagnard, la vue d'une troupe de grues volant en "V" ou "Y" en direction du nord marque la fin de la saison hivernale. Et à l'inverse, leur envol vers le sud marque l'arrivée des temps de frimas. Le passage des grues est source de spéculations passionnées dans les campagnes sur la nature de la saison qui s'annonce, le climat et le type de récoltes à attendre !

En effet, la grue européenne à pour habitude de nidifier dans le nord du continent à la faveur de la belle saison. Et, une fois le cycle de la reproduction et de l'élevage achevé, elle fonce vers ses zones d'hivernage privilégiées dans la péninsule ibérique. Le déplacement vers le nord est habituellement observé en France courant mars et vers le sud en octobre-novembre. Toutefois, celle-ci semble de plus en plus courte depuis quelques années.

Aussi, observe-t-on un hivernage des grues en particulier dans la Brenne mais également dans l'est de la France. Probablement que d'instinct ces animaux intègrent le paramètre radoucissement et économisent sans doute leurs ressources énergétiques afin de limiter un voyage harassant

Cette année, on a pu observer au-dessus des zones humides du Centre de la France des passages tout simplement impressionnants de grues cendrées. Certains contacts situés dans l'Indre, évoquent des vagues successives de plusieurs centaines d'individus. Parfois, les troupes s'arrêtent dans un champ et tournoient plusieurs heures au-dessus d'une aire de repos.

C'est ainsi que l'un de mes proches a eu l'opportunité de photographier en continu sur plusieurs heures un flot ininterrompu de grues au "hrou-hrou" typique. Un spectacle assez rare à voir !

Etant donné le caractère spectaculaire de cette migration, certaines associations de protection de la nature organisent des sessions d'observation guidées permettant de comprendre la fabuleuse aventure des grues cendrées.

Si vous séjournez dans la Brenne (département de l'Indre, 36) aux alentours du 28/03/2007 vous pouvez vous rendre à la maison du parc à Rosnay (Maison du Parc, Hameau du Bouchet, 36300 ROSNAY Tél : 02 54 28 12 13). Une participation de quelques euros sera demandée. Mais vous bénéficierez d'explications d'ornithologues. Une brochure très bien faite vous donne la liste complète des animations organisées par le Parc naturel régional de la Brenne. Vous trouverez des détails sur l'observation des grues en page 14.

Seulement voilà, vu le passage anticipé de milliers de grues au-dessus de l'Indre début mars, on peut s'interroger s'il reste encore quelque chose à observer à la fin de ce mois-ci ! Ce n'est pas inutile de se renseigner en téléphonant au numéro indiqué ci-dessus. De toute façon, la réservation est obligatoire.

Ces observations régulières de grues cendrées sont intéressantes car elles permettent de se faire une idée tangible sur l'éventualité de changements climatiques. Les scientifiques ne sont pas toujours d'accord entre eux sur ses causes. Certains incriminent les activités humaines, d'autres des phénomènes naturels cycliques et d'autres encore introduisent l'idée que le soleil est dans une phase d'activité particulièrement intense.

Quelles qu'en soient ses causes, la tendance au radoucissement, en tout cas en Europe, n'est plus à contester. Il vaut mieux commencer à se préparer pour nous adapter aux éventuels changements de mode de vie que ce phénomène risque d'induire. Et l'une des meilleures façons, peut-être, est d'observer la Nature et les animaux qui ont conservé ce que nous, êtres humains, avons perdu : l'instinct !

La grue est une espèce protégée en France.

 

medium_P3042256.JPG

Pour en savoir un peu plus 

Fiche "Grue cendrée" proposée par le portail Oiseaux.net
Réseau Grues France
Liste de discussion "Ornithologie - Grue cendrée" 

11/03/2007

Les ragondins : ces aliens venus d'ailleurs

medium_IMG_2110.jpgQui l'eût cru, la Marne est presqu'en crue ! Il manque à peine un mètre pour que l'eau commence à taquiner les pieds qui foulent la promenade. C'est étonnant ! D'où provient toute cette eau ? Il n'y a pas de montagnes couvertes de neige en amont. A moins qu'il y ait une sorte de délestage quelque part. Peu importe ! La Marne n'est qu'un prétexte pour parler de ces rongeurs qui colonisent de plus en plus notre pays.

En l'occurrence, les bords de Marne, à quelques encablures de son point de jonction avec la Seine, semblent offrir des conditions idéales à l'établissement durable de ces étranges hôtes aux dents hypertrophiées d'un orange assez flashy !

Le ragondin (Myocastor coypus) n'est pas une espèce de chez nous. Ce rongeur à la sympathique tête de castor nous vient tout droit d'Amérique du Sud. Il a été introduit en France dans les années 1920 à des fins d'élevage. Souvenez-vous dans les greniers et armoires de vos grands parents (ou parents pour certains !) de ces lourds manteaux de fourrure au poil ras et dru ! Il est fort à parier que c'est de la toison de ragondin ! Il faut dire que le poil de ragondin sèche rapidement en cas de contact avec l'eau. C'est ce qui a peut-être attiré les fourreurs de l'époque qui y ont vu une ressource somme toute fonctionnelle et relativement cheap.

Il se trouve que la mode "rag" a vite passé, remplacée probablement par les vêtements synthétiques qui se sont généralisés après la seconde guerre mondiale. Au final, ces esclaves débonnaires de nos élevages se sont retrouvés libres dans nos canaux, rivières et étangs.

Ils se sont visiblement vite adaptés à nos conditions climatiques et biotopes puisqu'ils ont mis à peine quelques décennies pour se disperser sur tout le territoire. Qui sait si le réchauffement climatique en cours chez nous ne lui est pas propice !

Outre ses capacités biologiques et d'adaptation exceptionnelles (absence de prédateurs, croissance, reproduction...), on l'accuse de transmettre des parasitoses à nos animaux domestiques, causer des dégâts importants aux cultures et fragiliser les berges. En effet, ce bestiau essentiellement herbivore se délecte de maïs et d'écorces d'arbres qu'il est capable d'éplucher avec ses puissantes incisives. En milieu urbain, comme sur les bords de Marne, les promeneurs du dimanche lui filent carrément du pain rassis. Cela fait la joie des enfants qui voient pour la première fois un assez gros spécimen d'animal sauvage. Plus besoin d'aller en forêt pour observer la faune, la nature s'installe  en ville ! A ce propos, j'ai croisé il y a deux ou trois mois en pleine nuit un renard au bord d'une route longeant le Bois de Vincennes. Il marchait tranquillement, nullement inquiété par le passage des voitures. Et il n'est pas rare de voir des fouines passer d'un jardin à l'autre en pleine nuit en banlieue parisienne.

Hormis sa fonction passée de fournisseur officiel de fourrure, le public voit aujourd'hui en le ragondin plus d'inconvénients que d'avantages. Et ce n'est pas la consommation marginale de pâté ou de ragout de ragondin qui lui permettra de retrouver une forme de rédemption !

Au-delà, du fait que le ragondin est un "alien" dans notre paysage et qu'il soit considéré comme nuisible, prenons un peu de recul et interrogeons-nous pourquoi faudrait-il considérer cet animal comme indésirable ?

Est-ce que le ragondin est venu tout seul à la nage chez nous ?
A t-il construit les digues et les berges qui ont fait disparaitre les marécages, son milieu natif ?
A t-il fait une offre de services pour vendre sa peau à nos aïeux ? Une sorte de partenariat commercial...

Et maintenant, au nom de quoi faudrait-il donc l'exterminer en le piégeant ou en l'empoisonnant ? On parle de régulation, c'est plus politiquement correct. Aujourd'hui, un être vivant autre que l'être humain qui par ruse ou par capacité s'adapte et se développe devient un ennemi public numéro un !

Il serait plus judicieux que nous devenions enfin responsables de nos actes et fassions preuve d'honnêteté intellectuelle. Soit, au nom de la liberté de commercer, on prend des risques en introduisant dans notre milieu de nouveaux paramètres et on les assume jusqu'au bout, soit on admet que notre système peut fonctionner avec les ressources disponibles localement.

A partir de ce moment, ce n'est pas la peine de venir cataloguer ces espèces animales qui font preuve de remarquables capacités d'adaptation dans la catégorie nuisibles ou indésirables. Elles ne sont nuisibles que par rapport à l'homme et à son entreprise de conquête de la nature. Il faudrait vraiment que l'humanité apprenne à se regarder un peu au fond des yeux et qu'elle se débarrasse définitivement de sa vision anthropocentrique de la nature. A chaque fois que l'être humain a touché à un équilibre préexistant, cela s'est traduit par de grandes catastrophes. Et ce n'est pas prêt de s'arrêter avec l'irrémédiable mondialisation. La main de l'homme, dans son oeuvre de transformation, accélère des processus qui prennent habituellement des millions d'années à se dérouler. Bref, maintenant il ne reste plus qu'à "réguler" ! L'homme, ce grand régulateur de la vie !

Le véritable problème, ce n'est pas le ragondin. Le problème et sa solution c'est l'homme lui même ! Il faut retrouver le chemin du bons sens et renouer avec la nature de laquelle nous sommes tous issus. Ou bien, accepter avec humilité que d'autres espèces assument la conquête du monde aux côtés du type homo sapiens.

C'est triste mais cet animal est passé du statut d'animal utilitaire à celui de nuisible sans même être passé par celui de gibier. Il est juste considéré comme nuisible. En gros il ne sert à rien et il faut l'éliminer ! Quoi qu'il en soit il est maintenant une proie pour les hommes à défaut d'avoir d'autres prédateurs chez nous.


A ce propos, même certaines associations écologistes parlent de la "lutte contre le ragondin" !

 


Ragondins
envoyé par HK

 


Pour plus d'informations sur le ragondin


La Ligue Roc
La Fondation Nicolas Hulot
Association des piègeurs de l'Ain
Marmiton - Ragout de ragondin

03/03/2007

Précocités

/archive/2007/03/medium_Photo_0005.jpgCe n'est plus un secret pour personne, nous vivons l'un des hivers les plus doux depuis que les relevés existent. La température dépasse presque quotidiennement les 10 C° et descend rarement en-deçà des 5-7 degrés la nuit.

Du coup, on se retrouve avec un hiver 2006-07 de type sub-méditerranéen y compris en France continentale ! Sub-méditerranéen c'est un peu vite dit. Il pleut pas mal dans certains coins et très peu dans d'autres. De plus, le soleil n'est pas si généreux que ça ! Le pays semble balayé en permanence par un vent de sud-ouest qui draine constamment des gros nuages gris. On est déjà en déficit pluvial parait-il pour certaines régions du sud mais aussi d'Ile-de-France.

Il n'empêche, cette situation n'est pas sans effet sur la nature qui semble un peu déboussolée.

Parmi les manifestations les plus visibles de cette douceur, il n'y a qu'à regarder autour de vous : les végétaux sortent précocement de leur repos hivernal et les échassiers tels les grues cendrées ont déjà été vues fonçant à toute allure vers le nord !

Voici ce que j'observe en région parisienne comme à la campagne :
  • un mélèze qui n'a pas perdu ses aiguilles,
  • des prunus actuellement en pleine floraison,
  • des forsythias en fleurs même en exposition est,
  • mon abricotier pré-pubère avec ses bourgeons floraux prêts à craquer,
  • mon rhododendron  camélia recouvert de fleurs bien charnues,
  • de nombreux arbres (saules, par exemple) et arbustes qui commencent à verdir...


/archive/2007/03/medium_magnolias.jpg J'ai même aperçu, dans ma petite ville de banlieue, un magnolia spectaculaire avec ses branches nues ornées de pures fleurs roses et blanches ! C'est une plante qui peut fleurir dés février dans certaines circonstances de température (10 ou 11 °C). De ce point de vue aucun souci ! Ces circonstances ont été réunies dés le début du mois de février.

On ne peut pas totalement exclure un coup de froid voire du gel. Mais ce ne serait qu'un épisode dans le cours normal des choses. Il faut plutôt regarder la tendance. Et là, on ne peut plus vraiment nier que des modifications inhabituelles sont en cours. Je parle à l'échelle d'une génération. On dit que cela à été de tout temps. Soit !

La grande question maintenant est de savoir comment la nature va s'adapter et réagir face à ces changements brusques (en quelques années seulement !) ? Puis par voie de conséquence, quel impact ils auront sur notre mode de vie. Les premiers qui risquent d'être touchés sont les agriculteurs. On parle de grands gagnants  (pays du nord qui deviendraient plus tempérés) et de perdants (pays du sud de l'Europe) qui deviendraient plus secs ! Difficile de prévoir ! Il me semble que compte tenu de notre grande rigidité en termes de modes de vie, tout le monde risque d'être perdant !

C'est presque avec un certain attentisme mêlé de crainte que j'appréhende l'avenir climatique. En effet, que se passerait-il si les scénarios n'étaient pas linéaires mais plutôt chaotiques voire exponentiels ? Ne devons-nous pas envisager un emballement de la situation et commencer à nous y
préparer ?

Même si ma vision apocalyptique n'est peut-être pas justifiée, avez-vous connaissance d'un plan pour un éventuel "jour d'après" ? Existe t-il une stratégie du risque climatique ?

  *
  *     *

Toutes les notes