« Les jachères fleuries : une nouvelle manière de respecter l'environnement ? | Page d'accueil | Potager, verger : la culture vivrière est-elle utopique en France ? »

04/10/2006

Glanage : techniques du glan[d]eur

medium_P1010817.JPGComme chaque année, le mois de septembre donne le signal d'une nouvelle activité saisonnière : le glanage. Comme je l'indiquais déjà l'année dernière dans la note "Glaner et cueillir ou comment marier le plaisir gustatif et la vie au grand air", la nature fournit des choses comestibles à longueur d'année. Toutefois, c'est au début de l'automne, dés que les premières récoltes ont lieu et que la plupart des fruits et des baies arrivent à maturité, que se manifestent les pulsions primitives pour les activités de cueillette en pleine nature, ce magique momentum vers la quintessence des saveurs.

 

C'est ainsi que vous pourrez ramasser dans les champs coupés, les prés, les bois et sur les bords des chemins campagnards une variété insoupçonnée de végétaux comestibles parmi lesquels :

medium_IMG_0485.2.jpgdes champignons,

 

 

 

 

 

medium_IMG_0261.jpgdes noix fraîches et petites pommes sauvages,

 

 

 


medium_IMG_0233.jpgdes tournesols (pour les oiseaux du jardin ou pour vos "pipasols" maison appellées aussi "pipas" en Espagne), 

 

 

medium_IMG_0319.jpgdu maïs (eventualité de pop corn),

 

 

 

 

 

medium_IMG_0230.jpgdes grappes de raisin (on est en plein dans les vendanges),

 

 

 

 

 

 

medium_IMG_0201.jpgdes pêches de vigne,

 

 

 

 

 

medium_IMG_0117.jpgdes mûres,

 

 

 

 

 

 

 

medium_IMG_0042.jpgou des plantes médicinales telles la camomille, par exemple.

 

 

 

 


Le glanage est soumis à des règles ancestrales très codifiées qui sont parfaitement décrites dans la note "A520 et R26 : glanons, glanons,..." de mon alter-éco Din-Diu (si je puis oser ce jeu de mots). La présente note n'a pas pour objet de répéter ce qui est fort bien décrit par d'autres amoureux de la nature. Je vous fais simplement partager mon admiration et ma reconnaissance (un peu exaltées) pour la profusion et la générosité prodiguées par la nature à l'automne.


Voici quelques conseils simples pour une session de glanage fructueuse :

/archive/2006/10/03/medium_IMG_0259.2.jpgToujours se promener avec un pochon dans sa poche ou alternativement porter des pantalons avec des poches sur le côté,

 

 

/archive/2006/10/03/medium_IMG_0384.3.jpgAvoir un petit couteau dans sa poche type Opinel, Laguiole ou carrément le couteau du jardinier.

 

 

 

NB : prévoyez un vieux pull un peu étriqué et élimé car vous aurez très certainement à fouiller dans les ronces. 

 

Ainsi, chacune de vos balades dans la campagne se transformera en une sortie utilitaire et espérons le alimentaire ! Bon glanage à tous car c'est un réel moment de plaisir qui de plus ne fait pas de mal au porte-monnaie !

Commentaires

C'est une bonne liste que voilà.

Le glânage commence encore plus tôt si on prend en considération les pommes de terre.

Et il me semble reconnaître un outil tout droit sorti de chez Nature & Découvertes. Non ?

Ecrit par : Din-Diu | 04/10/2006

A Din-Diu,
Sauf erreur de ma part, mais je crois que le "a" de glanage ne prend pas de "^". Je te rassure, j'avais fait la même b^tise dans mon article de l'année dernière et j'ai tout corrigé.
Voir ce lien concernant le documentaire D'agnes Varda "Les Glaneurs et la glaneuse".
http://www.telerama.fr/cine/film.php?id=51079

Effectivement, il n'y a pas de saison d'un point de vue naturel pour glan[d]er, car on cultive à longueur d'année (choux et poireaux l'hiver, par exemple). Il faut juste respecter les codes de loi que tu indiques quand on ramasse dans les champs appartenant à autrui. De toute façon, il faut savoir que quand on glane on a une forte concurrence des sangliers et chevreuils et les nuées de corbeaux. Eux ils sont actifs la nuit aussi ! Au final, il ne reste pas grand'chose pour le glaneur.

Bien vu pour l'outil ! C'est un outil qui m'a été offert à la fin d'une longue mission de conseil chez EDF par les employés de cette noble institution. Ils m'ont couverts de cadeaux tous en rapport avec la Nature. J'en ai une larme à l'oeil du coup. Cet outil me sert tout le temps car il est très versatil (multi-lames) et pas très lourd dans la poche. Ca se voit, tu es un fin connoisseur !
Si tu passes par le Berry fais-moi signe !

Ecrit par : HK | 05/10/2006

Après vérification, c'est vrai qu'il n'y pas de ^. J'en ai profiter pour voir qu'on pouvait aussi bien dire la glane que le glanage, ça revient au même.

Ecrit par : Din-Diu | 06/10/2006

Même le terme "glanure" existe ! Au fait, l'article a été (et c'est surprenant vu son côté anecdotique et quelconque) repris sur Agoravox. L'un des commentateurs a suggéré que lorsqu'on glane des fruits qui pendouillent à un arbre ou a des arbustes ce ne serait plus de la "glane" mais du "grapillage".

Rien à voir quoique dans le même esprit mais la glane me fait penser au concept de "sérendipité" : trouver par hasard quelque chose sans vraiment chercher en fait la chose qu'on a trouvée. C'est de la glane en 2.0 !
http://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%A9rendipit%C3%A9

Ecrit par : HK | 06/10/2006

Bonjour à tous,

Une petite anecdote, pour illustrer ce post et pour pointer l'avantage financier du glanage...
En Creuse, on a pour habitude de ramasser la "rouquette", cette petite salade sauvage qui ressemble à la mâche et au pissenlit, et qui est tres gouteuse lorsqu'on la consomme fraiche. On la trouve en abondance dans les fossés humides, le long des routes peu frequentées. Si l'on prend bien garde de prelever raisonnablement ce don de la nature, cette source alimentaire est quasiment inepuisable.

Pas plus tard que ce matin sur un marché en région parisienne (la ferté alais) je tombe sur un maraicher qui avait sur son etal de la rouquette, legerement fletrie....
Je regarde l'ardoise indiquant le prix, et là, tenez vous bien..... 13 Euros le Kg...!
Pourquoi payer tres cher ce que l'on peu trouver gratuitement avec en plus le plaisir d'une chouette promenade?

Je n'ai même pas oser regarder le prix des châtaignes et noix que l'on trouve en abondance à cette saisons, a condition de bien vouloir abandonner la TV quelques heures pour prendre l'air...

Voilà pour mon temoignage..
A bientôt!

Ecrit par : philippe | 08/10/2006

A philippe,
Ne parlons même pas des pissenlits qu'on trouve étrangement même en cette saison (habituellement ils sont abondants en février-mars dans nos régions).
J'ai déniché ce site perso qui décrit et illustre quelques herbes de nos potagers. Cela permet au moins de mettre une image sur des mots.
http://laurent.penet.free.fr/herbes.html

Merci pour ce témoignange et bonne saison de cueillette !

Ecrit par : HK | 17/10/2006

Ecrire un commentaire