18/05/2006

Un ballon gonflé à l'hélium pour produire de l'électricité : ce n'est pas du vent !

Encore une fois, beaucoup de bonnes idées viennent du continent nord-américain. Non pas que les idées manquent en Europe, mais disons que les américains n'ont pas peur de mettre en oeuvre des concepts qui peuvent paraitre farfelus au premier abord. Dans ce domaine, chez nous, une idée est souvent accueillie avec scepticisme. C'est dommage, cela bride un peu la créativité.

Là il s'agit d'une idée assez intéressante pour produire de l'électricité décentralisée. On connaissait, les panneaux solaires photovoltaïques, les micro-barrages et les éoliennes. C'est à cette dernière technique que nous nous intéresserons ici.

Aujourd'hui, il est possible en France pour un particulier d'installer une éolienne sur son terrain. Bien évidemment, ce type de projet est possible à certaines conditions et avec la validation des autorités (mairie, préfecture) après une période d'étude et d'observation qui peut durer de quelques mois à quelques années.

Lorsque vous installez une éolienne deux cas de figure peuvent se présenter :

  • soit votre objectif est de produire de l'électricité pour votre propre usage (cas où vous n'êtes pas raccordé au réseau EDF),
  • soit vous réinjectez le courant produit par l'éolienne dans le réseau. Dans ce dernier cas, l'opérateur électrique est obligé de vous racheter le courant réinjecté à un tarif fixé par un décret (Décret n°2000-1196 du 6 décembre 2000 et l'Arrêté du 8 juin 2001 fixant les condtions d'achat de l'électricité produite par les installations utilisant l'énergie mécanique du vent telles que visées à l'article 2 (2°) du décret n° 20000-1196).


Il faut savoir, que monter une éolienne est un projet coûteux qui s'amortit sur huit à dix ans. Par ailleurs, d'aucuns y trouvent des nuisances. C'est un point de discussion qui n'est pas l'objet du présent billet.

Voici donc une innovation qui pourrait venir bousculer la suprématie des éoliennes à pales sur le marché de la production d'énergie mécanique du vent. Il s'agit du système MARS, proposé par la société canadienne Magenn.

Cette société a conçu une série d'éoliennes, les Magenn Power Air Rotor System (MARS), qui ont la particularité d'être en fait des ballons gonflés à l'hélium. Au final, il n'y a plus de mât. Le ballon est en sustentation dans l'air à une hauteur se situant entre 65 et 265 mètres (200 à 800 pieds). La gamme initiale du MARS peut produire jusqu'à 4 kW d'électricité dans des conditions de vent optimales.

L'avantage direct de cette technologie est que le système est complètement mobile. Vous pouvez le démonter et le déplacer. Toutefois, ce type d'installation nécessite l'intervention d'un service spécialisé agréé Magenn. En l'occurrence, il faut dégonfler le ballon, le récupérer, le débrancher, etc. Le ballon est fixé au sol, apparement par une bloc en béton.

L'autre avantage est que le MARS peut être opérationnel à des vitesses de vent assez faible, de l'ordre de 2 à 28 mètres/s.

Et enfin son prix est relativement attractif, à partir de 9,999 USD. Mais on s'aperçoit que le coût total est en fait plus élevé car il faut y inclure les appareillages de branchement au réseau électrique ou le système de batteries si on souhaite l'utiliser pour son propre usage.

Les marchés cibles de ce dispositif sont très complémentaires des éoliennes classiques puisque le MARS s'adresse avant tout à des habitats isolés, les opérations sur le terrain (exploration), pays en voie de développement, lieux nécesitant une intervention urgente (catastrophes, opérations humanitaires) et évidemment les applications militaires ne sont pas exclues.

En résumé, cette technologie a l'air (plutôt "à l'hélium") attrayante. Il reste à savoir si la vision de ballons multicolores flottant au-dessus des maisons va convaincre l'opinion publique européenne et surtout les autorités qui y verront probablement de prime abord l'aspect négatif des choses (sécurité aérienne, par exemple). Bonne continuation tout de même à Magenn et son MARS !

NB : le produit est en phase de pré-commande. Il sera commercialisé durant le second semestre 2006.

Source : Une éolienne flottant à 300 mètres, Le Monde du 7 mai 2006 (disponible dans les archives)

Commentaires

Salut, vous l'article est très bien présenté, mais j'ai une question pour ça que vous avez dit que le marché cible de ce dispositif sont très complémentaires de classiques?

Écrit par : Editors Directory Listings | 21/06/2011

La première tentative de conduire une balle dans le compte de deux Français. Le premier, Pierre Jullien, horloger de métier, parvient à voler deux modèles piloté par une horloge sur la piste à l'Hippodrome de Paris

Écrit par : cheap auto insurance | 02/07/2011

L'avantage direct de cette technologie est que le système est complètement mobile.

Écrit par : buy essay | 04/08/2011

Great and really excellent post. I really like it. Thanks.

Écrit par : get your ex back | 10/08/2011

Écrire un commentaire