28/01/2006

Travailler à la campagne : un marché du travail spécialisé ?

Je suis abonné, depuis deux ou trois ans, à une liste d'offres d'emplois APEC. Les propositions, envoyées quotidiennement, sont ventilées en deux régions : Paris-Ile de France et le Centre.

Un recul de plusieurs années de réception de ces annonces permet de se faire une opinion sur le type de postes proposés en secteur rural.

Je vous livre mon retour d'expérience personnel.

Les mots clés définis dans mes deux profils APEC, pour la région Centre sont :

1) conseil, consultant, conseil en management, organisation, marketing, direction, commercial ;
2) adjoint, direction, responsable, marketing, développement, commercial, PME, PMI.

Il s'agit de profils de type "cadre".

Quelques constats personnels :

A poste équivalent sur la région Paris-Ile de France, les opportunités d'emploi de la région Centre sont :

1) moins nombreuses,
2) avec un montant de rémunération de 30 à 50% inférieur,
3) en général assez éloignées de mon lieu de résidence campagnard,
4) plutôt spécialisées. Par exemple : "Responsable de production H/F pour une PME spécialisée dans la production de composants passifs en petites et moyennes séries" ou, autre exemple, "Ingénieur RD Matériaux / Calculs H/F pour une filiale allemande spécialisée dans les freins à disque industriels",
5) relativement sectorisées. Par exemple, les secteurs qui recrutent le plus sont la grande distribution, les banques, les assurances, les agences d'intérim plutôt pour des postes en rapport avec la clientèle (chefs de rayon, commerciaux itinérants, conseillers commerciaux).

J'en tire comme principal enseignement que pour conserver, dans le Centre, le même type de poste que celui exercé actuellement en CDI en Région parisienne il faut s'armer de beaucoup de patience. Trouver un poste équivalent, bien que moins bien rémunéré, reste toutefois possible. On ne peut pas tout à fait exclure le facteur chance ! Toutefois, en parallèle d'une démarche de recherche d'emploi classique, je me suis mis à étudier un ensemble de formules alternatives.

Voici quelques pistes méritant une attention particulière :
Nous pourrons parler des avantages / inconvénients de chacune de ces formules dans un prochain billet.

  • Télétravail (on tombe sur des offres d'emploi type "commercial sédentaire" qui proposent le "Home Office", littéralement "le bureau à la maison"),
  • Indépendant (à son compte),
  • Intérim,
  • Conserver un emploi dans une grande ville régionale (en acceptant d'effectuer des aller-retours quotidiens de plusieurs heures),
  • Activités rémunératrices d'appoint :
- boursicoter en ligne si vous avez un capital disponible,
- services à la personne (dépannages, jardinage, garde, cours à domicile),
- gîte rural (pour certains d'entre vous),
- implication dans le développement d'une association.


Conclusion :

L'un des principaux défis, lorsqu'on a un projet de vie à la campagne, est d'une part, de parvenir à maintenir une activité salariée suffisante pour ne pas sombrer dans une précarité qui transformerait votre rêve de campagne en cauchemar, et, d'autre part, imaginer de diversifier ses sources de revenus en cumulant plusieurs activités.

Bien sûr, on constate que le coût de la vie à la campagne est en général moins élevé qu'en ville. La propension à consommer est moindre et on obtient souvent des bons plans (produits du potager, bois de chauffage, etc.) par le réseau des voisins. Toutefois, la situation au regard de l'emploi en milieu rural nécessite davantage de flexibilité dans son état d'esprit comme dans son parcours professionnel. Comme indiqué dans une précédente note (Principe 1.1 : assurer une continuité professionnelle ou se reconvertir), certaines professions sont plus avantagées que d'autres au départ.

Pour vous aider à déterminer quel niveau de vie vous sera nécessaire si vous envisagez de basculer vers la campagne, je mettrai très prochainement à disposition des lecteurs du blog une sorte de "simulateur" Excel. Il s'agit d'une feuille de calcul permettant de calculer ce que rapporte et coûte votre mode de vie urbain et de le comparer avec celui que vous auriez à la campagne. Bien évidemment, comme l'aspect financier n'est pas l'unique motivation de ceux qui ont un projet de vie rural, ce simulateur vous permettra de comparer, de façon totalement subjective puisque c'est vous qui évaluez selon votre propre perception des choses, les paramètres qualitatifs des deux modes de vie ville / campagne sur une échelle de valeurs non financière. L'analyse la plus fine sera possible pour ceux qui ont leur logement principal en ville et une résidence secondaire à la campagne. Et qui ont donc une bonne vision des deux modes de vie. Pour les autres, n'hésitez pas à demander des points de références directement dans le blog. Il y aura sûrement quelqu'un de passage qui fera part de son point de vue personnel.

L'application sera accompagnée d'un cadre d'utilisation (ses possibilités et ses limites) et d'un mode d'emploi.
C'est une version "Beta". Je l'améliorerai dans la mesure où vous ferez parvenir vos remarques.
Bon weekend à tous.

Commentaires

Une autre piste à explorer : fonction publique territoriale.
Càd mairie, conseils généraux, offices hlm, centres communaux d'action sociale.... Métiers incroyablements variés (de sage-femme, contrôleur de gestion, chargé d'accueil à la mairie, directeur de l'urbanisme, travailleur social....)

Processus : passer un des concours. Le réussir ne donne droit qu'à être inscrit sur la liste des gens qui peuvent postuler à des postes (pendant 3 ans). Une fois en poste, on est "stagiaire" (remerciable) un an [ça dépend peut être des métiers] et ensuite on fait partie de la fonction publique

Avantages : - on choisit où on postule (et le poste nous choisit, on peut aussi ne rien trouver - on a 3 ans pour se faire embaucher)
- Job proche du territoire, proche des habitants, oeuvre pour le développement d'une région.


Voir http://www.cnfpt.fr

Écrit par : mamazon | 03/02/2006

Bonjour,
Oui absolument. C'est une idée que j'avais déjà éffleurée du bout des lèvre dans une autre note (Principe 1.1 : assurer une continuité professionnelle ou se reconvertir). Mais vous apportez une option supplémentaire que je n'avais pas vue.
Je pense aussi au domaine associatif (on peut être employé dans une assoce).
Pour cette dimension "Assoce", je vous en dirai un peu plus dans quelques temps car je suis en train d'évaluer un projet. D'ailleurs, je rencontre le maire du village demain matin pour avoir son avis sur la viabilité du projet d'assoce. Vous en saurez un peu plus prochainement.
Merci pour le lien. Cela sera sûrement utile à certains visiteurs de ce blog.
Bonne journée.

Écrit par : HK | 03/02/2006

Bonjour,

ça faisait plusieurs semaines que je n'étais pas venu sur le blog.
Moi j'ai mis des annonces Google sur mon site perso, ça propose des liens publicitaires en rapport avec le contenu de la page.

Oui, c'est de la pub, donc ce n'est pas très éthique, par rapport à de l'économie sociale et solidaire, du service aux personnes...

Non ça ne rapporte pas grand chose (2 dollars par jour pour le moment).
Mais je suis sûr qu'en faisant le site qui sert à beaucoup de gens, en rapport avec un sujet qui génère des clics biens rémunérés par Google, avec un travail acharné de référencement, ça peut permettre de dégager un petit salaire depuis son coin de campagne, sans avoir de route à faire tous les matins.

Pour cela, il faut :
que l'adsl arrive à la campagne
que google continue son vilain monopole de la recherche d'info sur le web (ça fait peur quand on y pense)

Voilà une (petite) solution pour vivre à la campagne...

Écrit par : Luxe | 05/02/2006

Bonjour Luxe,
Merci pour votre commentaire. Ca me fait penser qu'il faut que j'aille bien regarder votre site http://luxe.campagne.free.fr qui est très riche en contenus intéressants.
J'ai un projet de "cabanes en bois" et je pense que je pourrai trouver quelques idées sur vote site.

Concernant, les liens publicitaires sur son site je vais tout à fait dans votre sens. Si on veut réussir son projet de vie à la campagne il est utile de cumuler plusieurs sources de revenus. Afficher des liens pub sur son site peut représenter l'une de ces sources. Comme vous le soulignez, il faut réussir le pari de développer du trafic sur son site pour que le "plan" pub devienne intéressant. Avec plusieurs dizaines de milliers de visiteurs par jour cela peut faire un revenu d'appoint.

Vous ne devriez pas vous poser la question de l'éthique. Je ne pense pas que vous vous "goinfrez" avec votre système de pub Google. Des pubs sur son site ce n'est pas forcément immoral. La fortune de Google est bâtie à 90% sur de la pub. Sans pub Google ne serait pas cette réussite ! D'ailleurs faire de la pub n'est pas contradictoire avec l'aspect social et solidaire si par ailleurs ceux qui se "gavent" reversent une partie de leurs revenus à des causes équitables. Bill Gates et sa fondation on déjà versé plusieurs milliards de dollars pour la cause des enfants, le VIH, etc.

Sinon il existe aussi le système d'"affiliation" qui vous permet de suggérer, sur votre site, des livres, dvd ou cd d'un site marchand en ligne (ex. Amazon) et vous percevez une commission à chaque achat d'un ouvrage depuis votre site.
Au plaisir de vous lire.

Écrit par : HK | 05/02/2006

Merci HK pour cette réponse à mon commentaire, votre blog est un exemple pour moi, et votre avis compte beaucoup aussi !

En ce moment, c'est plutôt ma chérie qui fait les textes et je suis assez heureux de lire ce qu'elle écrit (elle a fait une page sur nos week-ends à la campagne dans laquelle elle arrive à trouver les mots !).

Je n'aimais pas trop microsoft jusqu'à ce que j'apprenne récemment que Bill G était la personne qui vaccinait le plus d'enfants dans le monde (plus que n'importe quel état par exemple...) Maintenant je vais peut-être désinstaller Open Office (non là je plaisante ;-) )

Écrit par : Luxe | 14/02/2006

Écrire un commentaire